L’impact d’une détention

La privation de liberté est une mesure radicale. On peut difficilement comprendre que des gens qui n’ont pas commis de faits délictueux soient enfermés pour des raisons purement administratives.

L’infrastructure des centres fermés comprend plusieurs éléments que l’on retrouve aussi dans les prisons, tels que la présence de gardiens, de hauts murs, de barreaux et de barbelés, ainsi que d’un système de sanctions.

La détention rend les gens vulnérables et entraîne des problèmes physiques et psychiques. En raison de l’incertitude permanente dans laquelle les gens vivent, les centres fermés sont des lieux de stress et de frustration. Les détenus sont isolés du monde extérieur. Les centres sont souvent difficilement accessibles, de sorte que les gens se sentent abandonnés.

L’autonomie y est fort limitée. Dans certains centres, par exemple, toute forme de mouvement doit se faire en groupe. Cet environnement stressant est à la base de graves dépressions, d’automutilations, d’agressions, de grèves de la faim voire de tentatives de suicide. De telles réactions ne sont pas rares.

JPEG - 1.3 Mo
Le centre fermé Caricole