Les origines

En 1980, beaucoup de Vietnamiens s’enfuient de leur pays déchiré par la guerre. La situation épouvantable de ces boat people vietnamiens incita le père Pedro Arrupe S.J. à agir. En tant que supérieur général de la Compagnie de Jésus, il exhorta les jésuites à « apporter pour le moins un peu de soulagement dans une situation aussi tragique ». Voilà comment le Jesuit Refugee Service (JRS) est né, comme une réponse globale à la crise des réfugiés en Asie.

JPEG - 80.3 ko
Le père Eddy Jadot nous parle de son engagement

Le père Eddy Jadot S.J. s’intéressa immédiatement à l’appel de Pedro Arrupe S.J. « En moi s’était établi le désir de ne pas abandonner à la rue ou dans des demi-prisons ceux qui viennent demander protection et asile », disait le père Jadot.

Le JRS Belgium est né de la rencontre de personnes qui embrassaient la cause de ceux qui vivent à la marge et aux frontières de notre société. En répondant de façon pragmatique aux situations locales à Namur, le père Jadot, épaulé par Xavier Dijon S.J. et quelques autres, organisa dans les années 80 des actions locales au service des réfugiés.

Dès 1988, le père Jadot reçut formellement le mandat de s’occuper des réfugiés et des migrants forcés. C’est ainsi qu’il se trouva en 1992 à l’origine de JRS Europe, qui fut conçue comme une organisation internationale, reconnue par les institutions européennes.

Le nombre de réfugiés ne cessant d’augmenter en Belgique, les supérieurs de l’époque des provinces flamande et de la Belgique méridionale des jésuites ont demandé de procéder à la fondation d’une section bilingue belge du JRS à Bruxelles : le Jesuit Refugee Service Belgium.

Sous la direction du père Eddy Jadot, les initiatives du JRS à Bruxelles, en Flandre et en Wallonie furent ainsi réunies en un seul bureau belge du JRS. L’accent fut assez rapidement mis sur les visites aux réfugiés et aux migrants forcés dans les centres fermés.

A propos du JRS
Notre vision
Nos valeurs
Notre organisation
Notre équipe