La rencontre du JRS avec M. le cardinal Jozef De Kesel 

Le Jesuit Refugee Service Belgium a accueilli le 12 février dernier le cardinal Josef De Kesel au collège S. Michel, en collaboration avec des partenaires d’inspiration chrétienne travaillant dans le secteur de la migration. Les membres de l’équipe et les collaborateurs bénévoles du JRS ont donné un témoignage sur leurs principaux engagements.

JPEG - 766.1 kBAu départ, l’attention a été attirée sur le durcissement qu’opère la détention dans les relations à l’intérieur du centre fermé. Les migrants y sont souvent l’objet d’un traitement inhumain malgré les bonnes volontés, souvent présentes parmi les membres du personnel. Ensuite, les échanges ont porté de manière plus approfondie sur la persistance de l’enfermement de familles avec enfants et sur les autres solutions possibles. Même si les maisons de retour constituent une de ces solutions, il semble bien, d’après le témoignage des collaborateurs du JRS, que l’on n’y tienne pas assez compte des fragilités des migrants.

A côté de la présence du JRS dans les lieux de détention, il a été fait part aussi du projet d’hospitalité Up Together, plus précisément de l’accueil dans la maison de la rue Eloy à Anderlecht. Le projet, qui a été suspendu en 2019, a permis de fournir un accueil chaleureux et un accompagnement temporaire à des migrants forcés qui ne disposaient pas d’un statut de séjour. La maison de la rue Eloy a offert l’occasion d’un beau brassage entre les accueils de réfugiés par Caritas et l’accompagnement d’autres migrants forcés pris en charge par le JRS. Ces derniers, réduits souvent à une longue attente dans le cours de leurs procédures, pouvaient passer leur temps libre dans le petit atelier de poterie – un bel endroit d’échanges et de méditation.

JPEG - 142.7 kBCette soirée de rencontre nous a donné aussi l’occasion de faire meilleure connaissance avec nos plus proches voisins de Wemeett. Leurs volontaires, provenant de l’Unité pastorale d’Etterbeek, s’engagent dans l’accueil et l’intégration de réfugiés reconnus. Cinq familles ont été accueillies, au total dix personnes. Les volontaires ne se contentent pas de les accueillir ; ils leur offrent aussi des cours de langue et aident les enfants dans leurs devoirs scolaires.

La présence de M. le Cardinal a stimulé le débat et faisait figure de symbole pour signifier la main tendue par le JRS Belgium aux autres organisations du monde chrétien, et vice-versa : ensemble, nous pouvons aider les réfugiés et, en retour, le travail à leurs côtés contribue à renouveler le sens et l’enthousiasme des communautés qui ont fait ce choix.

Le JRS-Belgium a encore posé la question du rôle que joui l’Eglise : elle est certes une source spirituelle d’inspiration pour la société et pour le monde politique, mais ne doit-elle pas, à titre exceptionnel, prendre elle-même la parole quand l’injustice devient trop grave ?