La vie s’approche

Griet Demeestere a accompagné Oriana et sa famille jusqu’à l’été 2021. Vous pouvez lire son histoire dans notre newsletter précédente. Peu après notre dernier entretien, nous avons reçu la nouvelle que sa famille avait été régularisée et qu’elle recevrait un permis de séjour pour au moins un an. Par un jour brumeux d’hiver en janvier, nous avons reparlé à Oriana, précisément le jour de son dix-huitième anniversaire.

JPEG - 87 kB

« Notre vie a complètement changé depuis que nous avons été régularisés. Ma mère a un emploi fixe, mon frère et moi avons un job d’étudiant. L’atmosphère à la maison est beaucoup plus détendue car nous avons des papiers et nous sommes moins stressés par le côté financier. On se dispute beaucoup moins. J’ai de plus en plus de responsabilités dans mon job d’étudiant en tant que femme de chambre dans un hôtel et ça me plait bien. Ils m’ont même proposé un contrat à durée indéterminée, ce qui me fait douter de continuer ou non mes études à temps partiel. À l’école, les choses sont plus difficiles car je suis victime d’harcèlement scolaire et je trouve pénible de devoir faire des stages non rémunérés alors que je voudrais gagner de l’argent pour moi et pour mes frères et sœurs.

Je me suis enfin confiée à une amie sur le fait que nous n’avons pas de papiers depuis de nombreuses années et que c’est la cause de nos problèmes financiers (dans le newsletter précédent, Oriana expliquait qu’elle n’avait osé dire à personne qu’elle n’avait pas papiers, ndlr). C’est important pour moi : maintenant je ne dois plus cacher le fait que nous recevons de l’aide matérielle (nourriture, vêtements,...) et que je dois être économe.

Je repense à la période écoulée avec une certaine honte : nous avons rendu la vie si difficile à notre mère en lui reprochant le fait que nous n’avions ni papiers ni argent. Nous l’avons blessée, mais à l’époquenous devions pouvoir blâmer quelqu’un. J’ai une bien meilleure relation avec ma mère à présent. Elle me connaît bien et je peux lui parler très ouvertement. Elle me donne souvent desconseils. Je n’aime pas trop ça, mais elle a souvent raison, même si je n’aime pas l’admettre ! Je suis quand même contente que sa tutelle sur mon compte bancaire expire aujourd’hui, cela me donnera un peu plus de liberté.

Je pense beaucoup à mon avenir. En tant qu’aîné de la famille, je pense qu’il est de ma responsabilité de veiller à ce que mes frères et sœurs aient une vie meilleure. Je veux une relation avec un homme gentil et sérieux qui travaille dur. Je veux m’occuper de ma mère : quand elle sera vieille, elle devra venir vivre avec moi. Et pour mon avenir immédiat : j’espère obtenir un contrat à durée indéterminée, réussir mon permis de conduire et pouvoir voyager".

Oriana