Terugkeer- of aankomstwoning?

JPEG - 162.7 kB

Depuis 2008, les visites aux maisons de retour font partie intégrante de l’action structurelle du JRS Belgique. Après la fermeture des unités familiales fermées (family units) en avril, nous avons reporté notre attention vers les maisons de retour et nous avons pu à nouveau y affecter deux visiteurs. Notre schéma de visite a été adapté de la manière suivante : depuis mai 2019, nous visitons les familles en duo afin de pouvoir accorder plus d’attention à tous les membres de la famille. Le soutien de l’UNICEF est également une nouveauté. Une fois par mois, un agent de l’UNICEF nous accompagne. Il est spécialement attentif au bien-être général des enfants. Cenouvel allié représente beaucoup pour le JRS qui, jusqu’à présent, était la seule ONG présente régulièrement dans les maisons de retour. Dans le cadre de la confection d’un rapport d’évaluation sur le fonctionnement des maisons de retour, la Plateforme Mineurs en exil est également allée à plusieurs reprises interroger les familles de manière approfondie.

Nous avons accompagné 50 familles comptant un total de 94 mineurs dans les maisons de retour. La plupart des familles sont arrivées à l’aéroport de Zaventem où elles ont introduit une demande de protection internationale. Ensuite, dans l’attente de la décision à rendre sur leur demande, ces familles ont été détenues dans les maisons de retour. Ce groupe a représenté les trois-quarts du nombre total de familles que nous avons rencontrées. Comme ces maisons semblent être utilisées beaucoup moins pour les retours forcés que, plutôt, pour les demandeurs d’asile qui arrivent, on pourrait presque mieux parler de "maisons d’arrivée" et non de "maisons de retour".

Cette année, la prédominance des familles turques, ou en provenance du Venezuela et d’autres pays latino-américains a été très frappante. En tant que visiteur, nous avons dû dépoussiérer notre espagnol.

Les conditions de vie n’ont pas substantiellement changé. Il n’y a toujours pas eu d’investissement dans du mobilier ou dans des activités pour les enfants. L’ennui est omniprésent tant chez les enfants que chez leurs parents.

En chiffres
Nombre d’enfants : 94, dont 70 de moins de 12 ans
Durée moyenne de détention : 53 jours
Demandeurs d’asile frontière : 38
Nombre de familles en procédure de retour : 11
Nombre de familles détenues dans le cadre de la procédure Dublin : 1
Les trois nationalités les plus représentées : Turquie, Venezuela, Palestine

Cet article fait partie du rapport annuel du JRS Belgium (2019). Vous en trouverez ici une vue d’ensemble.